Le 1er Journal d'Annonce Légale au Maroc

Publier par SVP ENTREPRISE depuis 1963

Accueil / Actualité / L’inflation à 2% en 2018
inflation-maroc-14

L’inflation à 2% en 2018

L’inflation s’accélère. Selon la dernière livraison de la Banque centrale, elle devrait s’établir à 2% en 2018. Un niveau qui n’a pas été atteint depuis janvier 2017 qui a fait suite à une année 2016 marquée par le retard des pluies et une campagne agricole assez moyenne.  Les données du HCP à fin novembre dernier  confirment cette prévision.

En novembre dernier, l’indice mensuel des prix à la consommation (IPC) a augmenté de  0,7% par rapport au mois précédent sous l’effet d’une hausse de 1,6% des produits alimentaires. Comparé au même mois de 2017, l’IPC s’est apprécié  de 1,3% lors du mois de novembre 2018. C’est la résultante de la hausse de 2% des produits non alimentaires et du léger repli de 0,1%  de celui des produits alimentaires.

Pour les produits non alimentaires, les variations vont d’une hausse de 0,3% dans la communication à 6,4% dans les  biens et services divers, en passant par l’enseignement dont l’indice a augmenté de 3,4%.  En glissement annuel, cette hausse est ramenée à 2,4%, soit 0,4 points de plus par rapport à l’indice global à fin novembre 2018.  Ce dernier s’est établi à 2%, résultant d’une double hausse de 1,7% pour les produits alimentaires et de 1,9% pour les autres produits.

   Faut-il s’en inquiéter? Pour la Banque centrale, la cherté du coût de la vie reste malgré tout maîtrisée. Sa tendance fondamentale devrait  décélérer à 1% en 2019, en lien avec le ralentissement prévu de la demande domestique, avant de s’accélérer à 1,6% en 2020. Mais la perception est différente  chez les ménages. D’autant plus que les hausses observées entre octobre et novembre 2018 concernent les produits les plus consommés.

A titre d’exemple, les prix des légumes ont bondi de 10,7%, ceux des viandes de 2,9% et  les poissons et fruits de mer se sont renchéris de 1,7%. Lait, fromage et œufs n’ont pas été épargnés par la hausse même si elle se situe à un niveau bas: 1%. En revanche, les prix ont diminué de 2,5% pour les fruits et de 1,1% pour les  huiles. Pour les produits non alimentaires, la baisse a concerné principalement les prix des carburants qui se sont contractés de 1,6%.

En glissement annuel, les villes les plus chères restent Guelmim (3,4%), Safi (3%), Fès (2,4%)  et Laâyoune (2,9%). Avec Agadir, Dakhla et Béni Mellal, ce sont les cités qui ont également enregistré les hausses les plus importantes de l’IPC sur les mois d’octobre-novembre.

À propos Majid FATHI

Directeur Général, à Flash Economie. Funder & CEO, à Eprogiciel. Funder & CEO, à Progiciel France . Directeur de l'institut international des technologies de l'information et de la communication. Auparavant Ingénieur d'étude et de développement à Banque Populaire. Auparavant Directeur du Centre d'etude financiere à Paris. Auparavant Directeur à Crédiatis Paris. Auparavant Co-Founder à 123credit.com vendu à la BNP. Études : Informaticien Systèmes et Réseaux Informatiques à ENS Cachan. Études : Administration et Gestion des Entreprises à CNAM. Études : Informaticien systemes et reseaux à EPITA. A étudié à Moulay Driss Casablanca.

Lire Aussi

CNSS: C’est parti pour l’indemnisation forfaitaire des guides touristiques !

CNSS: C’est parti pour l’indemnisation forfaitaire des guides touristiques !

La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) vient d’annoncer le top départ de l’octroi de …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.