Le 1er Journal d'Annonce Légale au Maroc

Publier par SVP ENTREPRISE depuis 1963

Accueil / Actualité / Les secteurs sur lesquels le Maroc doit capitaliser

Les secteurs sur lesquels le Maroc doit capitaliser

L’Université d’été 2019, organisée les 13 et 14 septembre à Casablanca, par la CGEM a permis aux fédérations sectorielles de mettre en lumière les défis et le potentiel de leurs filières. Certains secteurs avancent mieux que d’autres, sur lesquels le Maroc doit capitaliser. Il s’agit notamment de l’agroalimentaire, des services, des nouvelles technologies et des matériaux de construction.

C’est un fait. Il y a des fleurons de l’économie marocaine dont la compétitivité est aujourd’hui mise à mal. Cela est vrai pour pratiquement tous les secteurs de l’économie nationale. Beaucoup de ces entreprises opèrent dans des secteurs d’avenir qui connaissent des développements timides», a précisé Mohamed Bachiri, président de la Commission solutions sectorielles à la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Bachiri intervenait lors du panel «Des secteurs plus importants que d’autres pour le Maroc ?», qui s’est tenu pendant la première journée de la deuxième édition de l’Université d’été, organisée par la CGEM les 13 et 14 septembre à Casablanca.
Parmi les secteurs d’avenir sur lesquels le Maroc peut capitaliser, il y a celui des matériaux de construction. «Le Maroc fait partie du club des pays autosuffisants dans ce secteur et capables de fournir aux promoteurs tous les produits nécessaires à la construction», a souligné David Toledano, président de la Fédération des industries des matériaux de construction. Pour rappel, le secteur emploie aujourd’hui 200.000 personnes et génère un chiffre d’affaires de 45 milliards de DH. «Il produit 14 milliards de DH de valeur ajoutée et contribue à hauteur de 7% au PIB national», a souligné Toledano.

L’industrie agroalimentaire est également un secteur qui ne cesse d’évoluer, car il accompagne les changements d’habitudes de consommation des Marocains. Ce secteur emploie, selon Samia Kabbaj, vice-présidente générale de la Fédération nationale de l’agroalimentaire, «150.000 personnes, soit 20% des emplois industriels». Au total, ce sont 2.000 unités industrielles qui opèrent dans 16 filières pour générer 120 milliards de DH de chiffre d’affaires et 30 milliards de valeur ajoutée.
Autre secteur à considérer, celui du commerce et des services.

À lui seul, ce secteur emploi 2 millions d’actifs, soit 20% des actifs marocains. Pourtant, il ne bénéficie pour l’instant d’aucune stratégie nationale, car c’est trop complexe à réaliser», a précisé Hamid Benlafdil, vice-président général de la Fédération du commerce et des services qui compte une quarantaine d’associations et 1.800 membres.
Les nouvelles technologies sont sans doute également un secteur d’avenir sur lequel il faut miser. Malheureusement, souligne Saloua Karkri Belkeziz, présidente de la Fédération des nouvelles technologies (Apebi), il y a encore beaucoup à faire. La digitalisation est, à titre d’exemple, un des piliers sur lesquels le Maroc gagnerait à avancer rapidement. Or «elle n’est pas encore ce qu’elle doit être au Maroc. Il est possible aujourd’hui d’imprimer une attestation fiscale en ligne, mais qui ne permet pas de soumissionner aux marchés publics. Il faut se déplacer à l’administration pour la cacheter. Ce n’est pas de la digitalisation pour moi», a révélé la présidente de la Fédération. Par ailleurs, le secteur manque cruellement de ressources humaines. «Le Maroc a besoin d’informaticiens. Il en va de la pérennité de l’Offshoring. Car aujourd’hui le turn-over est de l’ordre de 20% chez cette population», a-t-elle révélé. Pour rappel, l’Offshoring a créé 70.000 emplois entre 2014 et 2018, soit le même nombre d’emplois créés entre 2005 et 2015.

À propos Majid FATHI

Directeur Général, à Flash Economie. Funder & CEO, à Eprogiciel. Funder & CEO, à Progiciel France . Directeur de l'institut international des technologies de l'information et de la communication. Auparavant Ingénieur d'étude et de développement à Banque Populaire. Auparavant Directeur du Centre d'etude financiere à Paris. Auparavant Directeur à Crédiatis Paris. Auparavant Co-Founder à 123credit.com vendu à la BNP. Études : Informaticien Systèmes et Réseaux Informatiques à ENS Cachan. Études : Administration et Gestion des Entreprises à CNAM. Études : Informaticien systemes et reseaux à EPITA. A étudié à Moulay Driss Casablanca.

Lire Aussi

Voici les 10 grandes tendances technologiques à l’horizon 2025 selon Huawei

Le 8 août, Huawei a dévoilé un rapport de Global Vision prévoyant les 10 grandes …

Laisser un commentaire