Le 1er Journal d'Annonce Légale au Maroc

Publier par SVP ENTREPRISE depuis 1963

Accueil / Actualité / Médias digitaux marocains: Et si vous laissiez tomber la pub?

Médias digitaux marocains: Et si vous laissiez tomber la pub?

ÉCONOMIE – Pour 2017, les annonceurs marocains continueront d’acheter massivement la pub sur les réseaux sociaux. Une mauvaise nouvelle pour les éditeurs de contenu locaux, principalement les sites d’information, qui font face à une répartition inégalitaire de la pub digitale.

Les nouvelles ne sont pas particulièrement bonnes pour les éditeurs marocains de contenus, en particulier les sites d’information. Pour l’année 2017, en effet, l’achat d’espaces publicitaires sur les plateformes de contenu locales ne sera pas LA priorité des annonceurs. C’est du moins ce qui ressort de l’enquête Digital Trends Moroccan 2017, dont les résultats ont été dévoilés en marge du 3ème Africain Digital Summit organisé les 1 et 2 décembre à Casablanca par le Groupement des annonceurs du Maroc.
On apprend ainsi que 77%

des annonceurs sondés comptent acheter de la pub sur les réseaux sociaux en 2017, contre 62% en 2016. Le marché digital publicitaire, estimé selon les professionnels à quelques 200 millions de dirhams, reste donc dominé par Facebook et Google qui s’accaparent 80% des dépenses des annonceurs.
Quand on sait que près de 80% des annonceurs consacrent à peine un budget moyen annuel de moins de 3 millions de dirhams au digital, il y a lieu de s’alarmer. La hausse prévue de 20% des budgets consacrés au digital ne profitera certainement pas aux plateformes locales.

Le constat selon lequel les médias marocains en ligne n’arrivent pas à drainer autant de pub est d’autant plus problématique, quant on sait qu’il est le principal secteur – aux côtés des télécoms et de l’audiovisuel – à investir dans la communication digitale. Voilà donc un secteur qui mise gros sur le digital mais dont la contrepartie publicitaire reste faible. L’achat d’espace publicitaire sur les médias locaux est estimé entre 60 et 80 millions de dirhams selon les estimations des professionnels.

En matière de pub digitale, le marché marocain est loin de constituer une exception. Si on prend le cas des Etats-Unis, et selon les derniers chiffres de Interactive Advertising Bureau (IAB) relatifs au premier semestre 2016, l’intégralité de la croissance du marché (17%) n’a bénéficié qu’à Google et Facebook. Mieux encore! Les médias ont accusé une baisse de 3% de leurs revenus.

À propos Majid FATHI

Directeur Général, à Flash Economie. Funder & CEO, à Eprogiciel. Funder & CEO, à Progiciel France . Directeur de l'institut international des technologies de l'information et de la communication. Auparavant Ingénieur d'étude et de développement à Banque Populaire. Auparavant Directeur du Centre d'etude financiere à Paris. Auparavant Directeur à Crédiatis Paris. Auparavant Co-Founder à 123credit.com vendu à la BNP. Études : Informaticien Systèmes et Réseaux Informatiques à ENS Cachan. Études : Administration et Gestion des Entreprises à CNAM. Études : Informaticien systemes et reseaux à EPITA. A étudié à Moulay Driss Casablanca.

Lire Aussi

Les changements organisationnels induits par la crise Covid-19

Dans le dernier numéro de la revue académique française à comité de lecture, Question(s) de …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.